Sud-Ouest Généalogie

Cartes postales et photos anciennes, histoire locale, généalogie, ...

Copie d'un contrat de vente de la maison de Bareyre de 1813 (entre Pauline Hurtetia, Jeanne Hurtetia et Pierre Bacqueyrisse)

  • Date: 14/02/1840
  • Lieu: Gaujacq ? (40)

[La transcription peut comporter des erreurs]


Pardevant moi Arnaud Saint jean Tauziet Notaire impérial, dans le Canton d'Amou, Second Arrondissement du Département des Landes résident à Gaujacq, Soussigné présents les témoins bas-nommés.
Ont comparu: Les Demoiselles Pauline Hurtetia et Jeanne Hurtetia soeurs, d'etat de travail habitantes de Brassempouy, Lesquelles conjointement et solidairement ont fait Vente pure et simple sans espoir de rétour, sous la réserve dont il sera ci-après parlé, en faveur de sieur Pierre Bacqueyrisse, marchand patenté habitant de Pey, Canton de Peyrehorade, troisième arrondissement du Département des Landes, ici présent et Acceptant, Une Maison couverte de Tuile, sol d'icelle petite Cour, sur le derrière, ensemble une petite Décharge appellée de Bareyre, de la Contenance d'environ deux Ares, Cinquante Centiares, et tout autant qu'il en appartient aux dites Demoiselles Venderesses, qui confronte du Levant à jardin de Pigoun, du midi à fournière de Bareyre, du couchant à Basse-cour du même Bareyre, et du Nord aussi à Grange du même Bareyre. Vendent les mêmes Hurtetia en faveur du dit Bacqueyrisse, un Lopin de jardin dépendant de la dite Maison, de la contenance d'environ quarante-cinq centiares qui confronte du Levant, Midi et Nord à jardin de Bareyre et du couchant à jardin de Bareyre Cazenave, La haie vive du coté du Couchant dépendant de la présente Vente, ainsi que le fossé du Coté du midi, Les dits objets Vendus situés dans la dite Commune de Pey avec les Véritables entrées et issues accoutumèes et d'usage, sous la réserve de la jouissance pendant la Vie des dites Vendèresses, d'une Chambre dans la dite Maison du coté du Couchant au Rez-de-chaussée, et de placer dans la Basse-Cour une Charrette de Bois, Ensemble les Légumes pour leur pot dans le jardin présentement vendu, mais la dite jouissance réservèe par elles mêmes seulement, dans le cas ou elles Voudraient y habiter et non Autrement. Laquelle Vente est faite pour le Prix et Somme de Onze cent francs amiablement evalué entre parties; Laquelle dite somme de Onze-Cent-francs, le dit sieur acquéreur promet et s'oblige de la payer aux dites Vendéresses dans le délai de six mois, d'après la date de l'avis qu'il en aura réçu d'elles, Et en attendant il s'oblige aussi de leur en payer la Rente à raison de cinq pour Cent par an sans réténue aux peines de tous dépends dommages et intèrets.
Et pour l'Obligation ci-dessus, les dits objets présentément Vendus démeurent spécialement affectés et hypothèqués; Et a le méme acquéreur pour la sureté de son obligation fait outre et audelà, toutes autres obligations généralles réquises et nécessaires sans que l'Obligation généralle, déroge à la spéciale ni celle ci à la généralle. Au moyen de tout ce dessus et de la dite réserve, Les dites Vendéresses se sont démises et dépouillées de la Propriété, Usufruit et jouissance des objets présentèment par elle Vendus, et en ont saisi Vétu et mis en possession le dit sieur acquéreur, par le Bail et cède du présent Acte, qu'elles lui ont mis en mains, Comme une marque certaine de possession avec consentement qu'il en prenne telle autre sur les Lieux, en leur présence ou absence que bon lui semblera, Comme Vrai Maitre propriétaire incommutable, à la charge par lui de payer les Contributions publiques assises sur les dits objets présentément Vendus, Dont Acte.

Fait passé et Lu aux parties en présence des sieurs jean Tauziet Prêtre habitant à Gaujacq, et Pierre Capdeville Prêtre Desservant habitant de Cazalis, témoins à ce appellés et signés à la Minute avec le dit sieur acquéreur et Nous, ce que n'ont fait les dites Vendèresses pour ne savoir ainsi qu'elles l'ont déclaré de ce faire réquises et interpellées par nous Notaire soussigné.

Fait à Brassempouy dans la Maison Presbiteriale, avant midi le Vingt-un Avril mil-huit-cent Treize; Laquelle jouissance réservée est évaluée à Dix francs par an. Signés à la Minute, Bacqueyrisse, Tauziet, Capdeville et Saint jean Tauziet Notaire
Enregistré à Amou le trois Mai 1813 fo N° 172 Cases 6 et 7 Réçu cinquante deux francs quatre vingt Centimes signé Laborde.

L'an mil-huit cent quarante et le quatorze du mois de février, Collation des présentes a été faite par Me Louis Saint jean Tauziet, Licenciè en Droit, Notaire à la résidence de Gaujacq, sur la Minute du dit acte de Vente, etant en sa possession comme successeur médiat de Me Arnaud Saint jean Tauziet ci-devant Notaire.

L. Saint jean Tauziet Nre